Cinéma. Le Labyrinthe et Fury.

Un article pour deux films aux publics qui me semblent différents. Je vais commencer par le Labyrinthe, The Maze Runner en anglais (mais vivant désormais en Provence (et en province, ahah) je l’ai vu en VF :'( )
movies-maze-runner-03Le Labyrinthe est adapté d’un de ces livres destinés aux young adults et qui surfe sur la vague de Hunger Games. Trois tomes, trois films (à moins que le troisième soit en deux parties). J’avais bien aimé la bande d’annonce en raison du concept, qui me semblait intéressant. L’histoire est celle d’un garçon, Thomas, qui se réveille dans une cage émergeant dans un labyrinthe géant occupé par une cinquantaine de garçons et ayant complètement oublié son passé et donc, la raison pour laquelle il est arrivé ici, tout comme les autres. Une mini société s’est constituée dans ce groupement avec une répartition des taches pour pouvoir vivre ensemble. L’arrivée de Thomas va bouleverser cette communauté.

J’avoue avoir, finalement, bien aimé le film mais être sortie complètement énervée de la séance ! En effet, encore un film qui après Hunger Games et Divergente (et probablement avant une autre trilogie), met en scène des adolescents dans un monde post-apocalyptique ou mystérieux. Le Labyrinthe, c’est un peu l’arène de Hunger Games 2. Avoir vu le film en VF ne m’a pas du tout plu non plus, trop habituée à la version VO et le doublage me fait perdre, selon moi, une partie du film. Les acteurs jouent tout de même bien, Dylan O’Brian (Teen Wolf), Kaya Scodelario (Skins) sortent d’un univers de série pour ado pour se retrouver dans un film pour ado (ahah) et sont crédibles, comme les autres ! Un film que j’aimerais bien revoir en VO !

fury-movie-photo-4Fury est le nom d’un tank (le gros que vous voyez sur la photo) américain qui a sévit pendant la Seconde Guerre Mondiale. A savoir, pendant cette guerre, les tanks nazis étaient beaucoup plus développés et les tanks américains se faisaient poutrer par les allemands. Bref, les choses étant dites, je suis allée voir Brad Pitt, Shia LaBoeuf, Logan Lerman, deux autres individus et un tank, au cinéma. Le synopsis est simple, on est en 1945, c’est la libération, Hitler mobilise tout son peuple, hommes, femmes et enfants, contre les Alliés.

C’est donc un film de guerre, le deuxième que je vois dans ma vie, le premier étant Mash. Un film de guerre avec un tank, contre des tanks. On voit des corps écrabouillés, on voit la guerre, avec des tirs lasers, verts pour les tanks nazis et rouges pour les américains, du sang, des larmes, des rires, un sous-entendu de viol (qui est monnaie courante, je le rappelle, en temps de guerre). La guerre quoi ! Un film qui décrit des faits d’armes héroïques et dans lequel je ne suis pas réellement entrée mais qui m’a tout de même plu ! Je pense que le film est à voir pour toute personne aimant les films de guerre, les autres, il y a Brad Pitt torse nu et des tanks !

Photo du mois n°28 : Prendre l’air

Ce mercredi, on prend l’air ! C’est La Fille de l’Air qui nous propose ce thème. Prendre l’air, je l’ai compris dans le sens : sortir de chez soi, respirer l’air extérieur ! Et ce week-end, avec mon copain, on a fait une petite sortie dans un salon consacré au tatouage, à Aix. C’était la première édition, ça a duré un week-end et c’était au Pasino, le casino tout pas beau de Aix, ça s’appelle le Cézanne Tattoo Ink et c’était bien sympa. J’ai vu plein de gens se faire tatouer, j’ai souffert pour eux, parce que ça fait mal quand même, je suppose… Mais la convention était quand même ultra sombre, du coup, pas de photos mais une photo de toutes les belles cartes de visite que j’ai pu glaner ! Des styles tout à fait différents, mélangés à mon quotidien : un bout de ciseau, un taille crayon et des bouts de gommes, qui trainent sur mon bureau en cette période d’étude intense !

OLYMPUS DIGITAL CAMERAEt pour voir les autres contributions, comme toujours, c’est par ici :

Nicky, Aude, Gilsoub, Céline in Paris, Gizeh, Ava, Xoliv’, Dame Skarlette, Loulou, Agrippine, Rythme Indigo, Renepaulhenry, Louisianne, Maria Graphia, Isa ToutSimplement, Arwen, Brindille, magda627, Cara, Tataflo, Angélique, Agathe, La Dum, Mimireliton, Yvette la Chouette, Annick, KK-huète En Bretannie, Cécile Atch’oum, Pilisi, Bestofava, Alban, Calamonique, La Flaneuse, Laurie, Krn, Autour de Cia, princesse Emalia, Marie, Eva INside-EXpat, Sylvie, Morgane Byloos Photography, Julia, Marmotte, Champagne, Milla la galerie, Photo Tuto, Chat bleu, Isaquarel, Les Filles du Web, Sandrine, E, Fanfan Raccoon, Alice Wonderland, Christophe, Tambour Major, CetO, Eurydice, Frédéric, Nanouk, Homeos-tasie, Elsa, A’icha, Josiane, Cricriyom from Paris, DelphineF, Vanilla, Laurent Nicolas, Salon de Thé, Estelle, Akaieric, Thalie, Memories from anywhere, El Padawan, Kenza, Lavandine83, Testinaute, La Fille de l’Air, François le Niçois, Tuxana, MauriceMonAmour, Destination Montréal, Zaza, Lyonelk, Agnès, Cocazzz, Blogoth67, Blue Edel, Les bonheurs d’Anne & Alex, Galinette, Giselle 43, Lau* des montagnes, BiGBuGS, Chloé, Mamysoren, MissCarole, Guillaume, Anne, Crearine, Philae, Laulinea, Pixeline, Alexinparis, Mahlyn, La Nantaise à Paris, Sephiraph, Lavandine

Cinéma. Pride

C’est sur les conseils de mon frère et après avoir regardé la bande d’annonce que j’ai eu envie d’aller voir ce film. Pride, c’est l’histoire véritable d’un groupe de gays et de lesbiennes qui décident, lors d’une Gaypride londonienne, d’aider les mineurs. Ca se passe pendant les années 80, des années qui ont vu les mineurs faire une grève impressionnante contre la fermeture de leurs mines et face à la dame de fer, Margaret Thatcher. Ce sont deux groupes oppressés, l’un l’est toujours, quand on voit ce qui va se passer demain, l’autre a depuis disparu. Dans le film, on voit Mark, Joe, Mike et Sian, pour n’en citer que quatre, collecter de l’argent dans des sceaux marqués de L.G.S.M. (Lesbians and Gays Support the Miners) et tenter, ensuite, de redistribuer cet argent à des mineurs, pour les soutenir dans leur lutte. Ils vont ainsi rencontrer des habitants d’un village gallois, des personnages étonnants.
movies-pride-still-11Je n’en dirais pas plus, le film vous montrera la suite. J’ai trouvé le film excellent, très bien joué, par des acteurs et actrices anglais·e·s magnifiques comme Bill Nighy, un de mes acteurs favoris, Imelda Staunton, qu’il fait bon de voir dans un autre rôle que la terrible Ombrage de Harry Potter, Paddy Considine, acteur dans le dernier Pub avant la fin du monde, et j’en oublie ! Pour les fans de la série Sherlock, Andrew Scott alias Moriarty, joue dans le film.

Je pense que ce film peut, pour ma part, compter dans les meilleurs de l’année et, dans la salle de cinéma où je me trouvais, je ne suis pas seule à le penser. Avant de rentrer m’asseoir, j’ai un petit peu discuté avec une fille qui m’a dit adorer le film et venir le voir une deuxième fois et, pendant le film, derrière moi, quelques hommes riaient très fort, ce qui n’était pas gênant, et on même applaudit au générique, ce qui est amusant et, de mémoire de cinéphile, je n’ai du le voir que deux ou trois fois, alors que le casting était absent. Bref, c’est un excellent film, à voir et à revoir, j’en suis sure !

A voir et à revoir

Cinéma. Lou

Ce mois-ci, je ne suis pas allée beaucoup au cinéma. Je n’ai vu qu’un seul film pour le moment, alors que j’avais prévu d’en voir une dizaine. Mais l’absence de cinémas UGC, et donc l’abandon de ma carte illimité, couplé avec un tarif étudiant de 8€, et un tarif réduit pour l’achat d’une carte à 20€, à 5,50€, font que je ne cours pas au cinéma comme j’y courais en région parisienne. Car oui, j’ai déménagé (je me rends compte que j’en ai pas parlé sur mon blog) à Aix-En-Provence, pour mes études. Bref, cette semaine, le Cézanne, le plus gros cinéma de la ville, accueillait Julien Neel pour la présentation, en avant-première, de son film : Lou !

Lou, c’est d’abord une bande dessinée qui compte six tomes et publiée depuis 2004, ça fait donc dix ans. Je me rappelle pas très bien de comment j’ai découvert la série, mais je suppose que c’est via Méga Tchô que ma maman m’achetait lorsque je partais en colo et qui contenait surement quelques pages de Lou. Au centre aéré ou à la bibliothèque, il est probable que j’ai lu quelques tomes mais j’ai également regardé à la télévision quelques épisodes de l’adaptation en série animée. Mais tel n’est pas le sujet de cet article ! J’ai découvert que la bande dessinée faisait l’objet d’un film dans le RER parisien, où, sur ces beaux écrans publicitaires dont s’est doté les stations du RER C (et surement les autres, je suis pas allée vérifier), on avait les affiches de Lou, avec le haut de la tête des personnages et un lien vers l’internet. Ma réaction fut de me dire : « Quoi ? Une adaptation ? Mais où sont-ils allés tirer cette idée ! Et en film, avec des acteurs ?! » C’était sans savoir que Ludivine Sagnier, Kyan Khojandi, une actrice et un acteur que j’adore particulièrement, ainsi que Nathalie Baye, dont je connais moins la production mais bon, quand même !

Kyan Lou

J’apprends plus tard, également, que Julien Neel, le créateur et dessinateur de la série, réalise le film. C’est plutôt rassurant, je me dis que l’adaptation sera plus fidèle que si les rênes de l’adaptation avait été confiées à quelqu’un de complètement étranger. Pour m’achever, Madmoizelle publie un article dessiné sur le film. Je vais donc voir ce film ! Et je n’ai pas été déçue. Il reprend à la perfection l’univers de la BD, toutes les marques, par exemple, ont été créées pour le film ! C’est un univers décalé mais proche du notre, un univers où il ferait bon de vivre. Les personnages reprennent fidèlement leurs alter-égos dessinés, ce qui est impressionnant également ! Bref, au niveau de l’adaptation, je dirais que c’est un excellent film ! Et au niveau de la réalisation, il est fort sympathique. Les acteurs en tête d’affiche jouent très bien, les enfants aussi, avec, parfois, une petite impression de savoir que la caméra est derrière, mais ça passe !

Ludivine Lou

A la suite du film, Julien Neel et Julien Di Caro (le compositeur du film) ont répondu à quelques questions à propos du film et on a pu entendre une petite fille dire qu’elle s’appelait Lou, ce qui était mignon tout plein, ou une autre demander pourquoi la grand-mère est méchante ainsi que des adultes, au bord des larmes, remercier le réalisateur pour le film. Des questions également sur la musique, sur les dessins que l’on repère au fil du film… Cette séance d’une heure a été suivie par une dédicace, que je ne pouvais louper, j’aime les dédicaces. J’ai donc acquis le deuxième tome, ayant emprunté, il y a une semaine, le premier à la bibliothèque (située en face de l’IUT, je vous en parlerais peut-être un jour). Lors de ma dédicace, j’ai posé quelques questions à Julien Neel, me confortant dans le fait que l’achat du DVD du film sera un bon investissement, étant donné le nombre de références cachées (il y aurait la montagne Ste Victoire, proche de Aix, en fond dans un plan, par exemple) et me révélant qu’il n’avait jamais vu Matt Smith en Doctor Who, et que donc, la référence que certains et certaines peuvent voir dans le film (comme moi), n’est pas faite exprès. Enfin bref, en plus ma dédicace est jolie, comme vous pouvez voir en bas, dans ce tweet des Cinémas Aixois, oui, c’est mon dessin :D

A voir et à revoir

Photo du mois n°27 : To be or not to be

Ce mois-ci, on nous a demandé d’être ou de ne pas être, ou de to be or not to be. On pouvait interpréter le thème sur le plan phonétique ou littéraire, j’ai choisi de l’interpréter sur le plan de ma vie, et de mes études. La rentrée c’est aujourd’hui pour moi, le 15 septembre, le lendemain de mon anniversaire. Une dernière année d’étude avant de rentrer dans le monde du travail. Et comme j’étudie pour devenir libraire, to be or not to be libraire. J’ai des hauts et des bas, je me demande parfois si j’ai bien fait de choisir ce travail mais, quand j’y réfléchis, j’aime les livres, j’aime le travail de libraire, j’aime biper, j’aime ouvrir des cartons, j’aime poser des étiquettes. Bref, je vous laisse regarder ma photo…OLYMPUS DIGITAL CAMERA… et celles des autres participants :

Les bonheurs d’Anne & Alex, Zaza, Xoliv’, Gizeh, Homeos-tasie, Eva INside-EXpat, Lyonelk, Christophe, Lucile et Rod, Salon de Thé, Photo Tuto, Fanfan Raccoon, Yvette la Chouette, Mahlyn, Pixeline, magda627, Cécile Atch’oum, Tataflo, Isa ToutSimplement, Bestofava, Renepaulhenry, La Nantaise à Paris, Milla la galerie, Cricriyom from Paris, Guillaume, Pilisi, Autour de Cia, Akaieric, Lau* des montagnes, BiGBuGS, Nie, Maria Graphia, Louisianne, princesse Emalia, Testinaute, Ava, Les Filles du Web, La Dum, La Fille de l’Air, Marie, Laurie, Alice Wonderland, Céline in Paris, Elsa, Nicky, Krn, Sylvie, El Padawan, Arwen, Rythme Indigo, Blue Edel, Ann, Claire’s Blog, Sephiraph, KK-huète En Bretannie, Agathe, Agnès, MissCarole, Lavandine, Champagne, Anne, MauriceMonAmour, A’icha, Cécile – Une quadra, Dame Skarlette, Lavandine83, Vanilla, Blogoth67, Brindille, Josiane, Morgane Byloos Photography, Galinette, Cara, Aude, Sandrine, Giselle 43, Nanouk, Mimireliton, A chaque jour sa photo, François le Niçois, Laulinea, Alban, La Berlinoise, Frédéric, Thalie, DelphineF, Laurent Nicolas, Philae, Chat bleu, Isa de fromSide2Side, CetO, Gilsoub, Julia, Crearine, hibiscus, Agrippine, Tuxana, Mamysoren, E, Alexinparis, Isaquarel, Marmotte

New York Melody / Lucy

NEW+YORK+MELODY+PHOTO4New York Melody se classe dans un style de comédie romantique (et je ne comprends pas pourquoi Allociné met « Drame » dans les catégories…) mais diffère tout de même de ce style. L’histoire est celle d’un producteur de musique, joué par Marc Ruffalo, qui se fait virer du label qu’il a créé, qui a une relation difficile avec sa fille et ambiguë avec sa femme, avec laquelle il ne vit plus. L’histoire est aussi celle d’une Britannique, jouée par Keira Knightley, arrivée à New-York pour accompagner son copain, une future rockstar (Adam Levine, le chanteur de Maroon 5 dans la vraie vie) qui la largue. Le film commence par la rencontre des deux personnages, alors que Gretta chante dans un bar, la veille de son retour à Londres (je fais simple, elle vient peut-être de Birmingham ou de Manchester mais c’est pas dit).

Un film très musical, j’ai parfaitement adoré toutes les chansons et ça m’a donné envie de refaire de la musique. En tout cas, il met de bonne humeur !
A voir

Lucy-Movie-Review-Image-7Lucy est le nouveau film de Luc Besson, ce réalisateur français qui a réalisé le Cinquième élément, un film qui est devenu culte pour ma génération (Liloo Dallas Multipass)… Lucy n’est pas le Cinquième élément. C’est l’histoire de Lucy, jouée par Scarlett Johansson, qui, à Taiwan, se retrouve forcée à faire la mule. Dans son bas-ventre, une nouvelle drogue destinée aux adolescents européens. Sauf que la drogue fuite et Lucy se transforme en super-humaine, selon une théorie développée par Morgan Freeman, qui dit que les humains n’utilisent que 10% de leur cerveau – bullshit -, elle utilise 20% puis arrive jusqu’à 100%. Ca donne pas envie de réfléchir !

Et ce cher Luc Besson a eu envie de placer des petites images d’antilopes qui se font chasser ou d’animaux qui copulent, dans la savane comme dans une voiture… Consternant ! Comme le dit ma petite bannière ci-dessous, je ne le conseille pas du tout ! Après, d’après ce que j’ai entendu, soit on aime soit on n’aime pas du tout, donc vous avez peut-être une « chance » d’aimer ce film.

N'y allez pas

Les Gardiens de la Galaxie

« Hooked on a feeling »

Cette chanson, et le générique, j’ai tenté de l’écouter tous les jours depuis février, mois de diffusion du générique, si je me rappelle bien. Pendant quinze jours, je pense avoir regardé le générique quotidiennement, puis de temps en temps, parce que bon, il ne faut pas abuser des bonnes choses. Les Gardiens de la Galaxie sont sortis la semaine dernière en France et j’ai attendu un petit peu avant de voir le film que j’attendais tant ! Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un film Marvel, donc tiré de comics de super-héros dans lequel on voit comment se constitue une équipe de super-héros, avec cinq personnages que pourtant, presque tout à l’air d’opposer ! L’un d’entre eux, Peter Quill, vient de la Terre où il a été enlevé alors que sa mère venait tout juste de mourir d’une maladie grave. Enlevé pour des raisons obscures par une équipe d’extra-terrestres qui volent des choses, des resquilleurs. Au début du film, Peter tente de voler une orbe et rencontre assez vite Gamora, Drax, Rocket Racoon et Groot.

star-lord-guardians-of-the-galaxy-movie-1920x1080

Très vite, le film entre dans la catégorie des « bons films de super-héros » (dans l’autre se situe Hulk, le premier, un des premiers Batman, le deuxième Superman, bref…) puis dans celle des « très bons » (Avengers, Captain America 2). Bien équilibré, le film joue parfois avec le chronomètre mais possède quelques moments drôles et d’autres tristes ! J’ai beaucoup aimé parce que le film change des autres films de super-héros, ici, les super-héros n’ont pas de pouvoirs.

A voir et à revoir

Boyhood et le Rôle de ma vie

Cette semaine, je tente de me rattraper niveau séances de cinéma de l’année. Il faut dire que, certains mois, je n’y suis allée qu’une seule fois… Ca vaut le coup de payer 20€ par mois à UGC, mais bon ! Cette semaine donc, passent pas mal de films qui me plaisent (The Double, les Gardiens de la Galaxie…) et j’ai pu en voir deux (bientôt trois) !

Boyhood

Boyhood

Vous avez peut-être entendu parler de Boyhood comme du film tourné en 11 ans. Le tournage a, en effet, commencé en 2002 pour se terminer en 2013. Chaque année, Richard Linklater tournait quelques séquences avec des acteurs qui grandissaient rapidement, étant donné qu’ils ont commencé à tourner alors que Ellar Coltrane, l’acteur principal, avait 6 ans. Ce film, prébiscité à Sundance, m’a paru long mais beau. On voit la vie d’un enfant, d’un adolescent puis d’un jeune adulte, chaque année, des décisions de ses parents, de sa relation avec sa soeur, sa mère, son père. J’ai vu ce film il y a deux jours, et je trouve qu’il donne matière à réfléchir, chacun pouvant y trouver quelque chose d’intéressant. Un film à voir, rien que pour la performance !

Le Rôle de ma vie (Wish I Was Here)

wish

A peine vu, je peux dire que c’est un de mes gros coups de coeur de l’année ! Ce film a été réalisé par Zach Braff a.k.a JD dans Scrubs, c’est son deuxième film, si j’ai bien suivi. Il a pu être réalisé grâce à l’aide de fans, l’acteur / réalisateur étant passé par Kickstarter pour réaliser son projet. Le film raconte la vie de Aidan Bloom, un acteur qui peine à trouver des rôles et qui se retrouver à devoir éduquer ses deux enfants, qui ne peuvent plus aller à l’école privée, car leur grand-père, qui paie l’école, a un cancer et n’a plus d’argent. C’est un film qui traite de la mort, de la religion, d’éducation et de beaucoup de valeurs finalement. Un film qui m’a fait beaucoup pleurée mais également beaucoup rire, enchainant des moments hilarants et des moments beaucoup plus tristes. Un très beau film, que je veux bien voir et revoir !

Photo du mois n°26 : Sourire

Ce mois-ci, la photo du mois nous a demandé, par le biais de malaxi, de sourire. J’ai eu beaucoup de difficulté à illustrer ce thème. C’est ma maman, deux jours avant l’échéance qui m’a dit : « Alice, les poissons sourient tout le temps, tu peux les prendre en photo ! », cette phrase m’ayant fait sourire voici ma photo !
OLYMPUS DIGITAL CAMERAPour les autres sourires, c’est par ici :

Nanouk, La Dum, Lau* des montagnes, Renepaulhenry, Testinaute, Krn, MissCarole, Marie, Cricriyom from Paris, Autour de Cia, Rythme Indigo, KK-huète En Bretannie, Mimireliton, Claire’s Blog, DelphineF, Eva INside-EXpat, Photo Tuto, Cécile Atch’oum, Nie, Alexinparis, Elsa, Elodie, Vanilla, Fanfan Raccoon, Les Filles du Web, Sephiraph, Zaza, princesse Emalia, El Padawan, Akaieric, La Fille de l’Air, Woocares, Blogoth67, Crearine, Pilisi, Xoliv’, Lavandine, A’icha, eSlovénie, Mahlyn, Céline in Paris, Sandrine, Kantu, A chaque jour sa photo, BiGBuGS, Tataflo, Marmotte, Philae, Louisianne, Lavandine83, Marianne, Morgane Byloos Photography, Laurent Nicolas, The Parisienne, Arwen, Agnès, Nicky, Isaquarel, Aude, Brindille, Anne, Chat bleu, Laulinea, Dame Skarlette, Ava, Dr. CaSo, MauriceMonAmour, Guillaume, Un jour, une vie, Maria Graphia, La Berlinoise, Agathe, Salon de Thé, Alban, Les bonheurs d’Anne & Alex, Frédéric, Gilsoub, Cécile – Une quadra, Annick, Pixeline, Calamonique, Thalie, Alice Wonderland, Sylvie, Isa ToutSimplement, Josiane, Homeos-tasie, Champagne, hibiscus, Christophe, magda627, Giselle 43, La Nantaise à Paris, Bestofava, Lyonelk, Galinette, Blue Edel, Lucile et Rod, Ann, Julia, François le Niçois, Memories from anywhere, Cara, Mamysoren, Laurie, Gizeh

Cinéma. Transformers : l’Age de l’Extinction

background-transformers-4-movieSi vous suivez mon blog depuis ses débuts, vous remarquerez que je n’ai jamais parlé de Transformers, et pour cause, je n’en ai vu aucun au cinéma avec le quatrième opus. J’ai vu le troisième à la télévision, le premier et le deuxième en DVD et, déjà (je donne le ton de ma critique), j’ai eu du mal à apprécier. Ma critique portait sur des films longs, ayant beaucoup de mal à démarrer… Ca ne rate pas, le quatrième confirme mon observation, mais je vais tout d’abord vous expliquer « l’histoire ».

Dans le dernier Transformers, si j’ai bien compris, mais j’étais pas très attentive, un gros combat opposant Megatron, le méchant Décepticon, et Optimus Prime, le gentil Autobot, un combat qui a pris place dans la ville de Chicago, la détruisant totalement. Dans le 4, Shia Laboeuf a du mourir dans le dernier, ou en avoir eu marre de son contrat, et est remplacé par Mark Wahlberg, un père voeuf du Texas, récoltant des pièces mécaniques ou réparant des objets pour vivre et pour permettre à sa fille de finir ses études SANS RENCONTRER DE GARCON, non mais oh ! Hum, hum… Le problème, c’est que ce cher Mark récolte un camion tout pété, qui se révèle être Optimus Prime. Et la CIA se donne pour objectif de détruire tous les Transformers, pas que les Décepticons mais aussi les Autobots ! Du coup, ils viennent chez Mark et commence une vie de cavale, pour que les Autobots comprennent qui les pourchassent (il y a un robot avec les humains), pour que les humains arrivent à coopérer, entre le père ultra protecteur, sa fille et le copain de la fille, qui est un pilote de rallye, possédant une voiture à quatre places comme l’a remarqué mon frère.

Pour en arriver à la cavale, comptez bien une heure. Une heure de Mark Wahlberg dans un de ses moins bons jours, une heure de ralentis à deux balles (enfin ça c’est tout le film), sauf que Michael Bay n’est pas Zack Snyder… J’avais bien aimé No Pain No Gain, du coup j’avais de l’espoir pour Transformers, j’avais même envie de le voir, mais dès les dix premières minutes, j’étais perdue ! Je vous déconseille ce film sauf si vous avez aimé les trois derniers, auquel cas, ça peut vous plaire (en tout cas, ça a plu à mon copain) !