background-transformers-4-movieSi vous suivez mon blog depuis ses débuts, vous remarquerez que je n’ai jamais parlé de Transformers, et pour cause, je n’en ai vu aucun au cinéma avec le quatrième opus. J’ai vu le troisième à la télévision, le premier et le deuxième en DVD et, déjà (je donne le ton de ma critique), j’ai eu du mal à apprécier. Ma critique portait sur des films longs, ayant beaucoup de mal à démarrer… Ca ne rate pas, le quatrième confirme mon observation, mais je vais tout d’abord vous expliquer « l’histoire ».

Dans le dernier Transformers, si j’ai bien compris, mais j’étais pas très attentive, un gros combat opposant Megatron, le méchant Décepticon, et Optimus Prime, le gentil Autobot, un combat qui a pris place dans la ville de Chicago, la détruisant totalement. Dans le 4, Shia Laboeuf a du mourir dans le dernier, ou en avoir eu marre de son contrat, et est remplacé par Mark Wahlberg, un père voeuf du Texas, récoltant des pièces mécaniques ou réparant des objets pour vivre et pour permettre à sa fille de finir ses études SANS RENCONTRER DE GARCON, non mais oh ! Hum, hum… Le problème, c’est que ce cher Mark récolte un camion tout pété, qui se révèle être Optimus Prime. Et la CIA se donne pour objectif de détruire tous les Transformers, pas que les Décepticons mais aussi les Autobots ! Du coup, ils viennent chez Mark et commence une vie de cavale, pour que les Autobots comprennent qui les pourchassent (il y a un robot avec les humains), pour que les humains arrivent à coopérer, entre le père ultra protecteur, sa fille et le copain de la fille, qui est un pilote de rallye, possédant une voiture à quatre places comme l’a remarqué mon frère.

Pour en arriver à la cavale, comptez bien une heure. Une heure de Mark Wahlberg dans un de ses moins bons jours, une heure de ralentis à deux balles (enfin ça c’est tout le film), sauf que Michael Bay n’est pas Zack Snyder… J’avais bien aimé No Pain No Gain, du coup j’avais de l’espoir pour Transformers, j’avais même envie de le voir, mais dès les dix premières minutes, j’étais perdue ! Je vous déconseille ce film sauf si vous avez aimé les trois derniers, auquel cas, ça peut vous plaire (en tout cas, ça a plu à mon copain) !