Le nouveau Richard Curtis est sorti ! Vous ne connaissez peut-être pas son nom mais vous connaissez au moins un de ses films, ne serait-ce que de nom. Si je vous dis Coup de foudre à Notting Hill, 4 mariages et 1 enterrement, Love Actually et Good Morning England (ou The Boat That Rocked), ça vous rappelle quelque chose ? Et rien que pour le plaisir, la danse de Hugh Grant, premier ministre dans Love Actually !

Après ce petit interlude musical, je reprends mon article. Ayant adoré deux de ces films, dont un que j’ai élevé jusqu’au rang de film culte, je me devais d’aller voir Il était temps ou About Time comme il s’appelle outre Manche.

L’histoire diverge des histoires types des comédies romantiques, et j’ai quelque chose à dire sur le genre de ce film, attendez un peu. Donc, l’histoire est celle d’un garçon, Tim, qui, à l’âge de 21 ans découvre que les hommes de sa famille peuvent voyager dans le temps, à condition de se tenir debout, dans le noir, les poing fermés et de repenser à un moment vécu. Il ne peut donc que voyager dans son passé et il n’est pas question de tuer Hitler comme le lui apprend son père. Et Tim, joué par Domnhall Gleeson, va se servir de cette capacité pour trouver l’amour.

La partie concernant la recherche de l’amour, et donc la partie « comédie romantique » ne dure qu’une heure et demie, au grand maximum. Ensuite le but de Tim change, je ne dirais rien de plus. C’est en ça que je pense que le film n’est pas totalement une comédie romantique. Allociné qualifie le film de romance tandis que IMdB donne les qualificatifs de comédie, drame et science-fiction. Difficile de classer ce film, voyez vous !

About-Time-Promo

Le film m’a fait passer du rire aux pleurs, il passe avec douceur de moments joyeux et drôles à des moments beaucoup plus tristes. Le scénario est imprévisible, grâce au fait qu’on puisse penser que le film est une comédie romantique (comme je le pensais) et, mine de rien, c’est cool d’être surpris ! J’ai trouvé Domnhall Gleeson, qui joue Bill dans Harry Potter (je vous le dis, il y a des acteurs de Harry Potter partout !), rafraichissant. Il est bon et convainquant dans ce rôle. Rachel McAdams, habituée des « feel good movies », donne du punch au film et le grand, que dis-je, le superbe Bill Nighy est, comme toujours, excellent !

Un film à voir, avec des mouchoirs en poche.